L’écriture du livre L’écriture du livre L’Enfant Au Coeur de Bambou

L’écriture du livre L’Enfant Au Coeur de Bambou – L’histoire d’un orphelin des rues qui a fondé une association caritative

Le hasard fait parfois bien les choses en nous offrant de bienheureuses rencontres.

Un jour de mars 2010, par une chaleur suffocante, Yok, une fillette thaïlandaise de huit ans, me tirait par la main. Impatiente de me montrer sa maison, elle voulait que je marche plus vite.

 

Ce jour-là, j’ai rencontré le Dr Amporn Wathanavongs pour la première fois. Deux semaines plus tard, nous nous étions mis d’accord pour que j’écrive l’histoire de sa vie en anglais.

Pendant les trois ans et demi qui ont suivi, j’ai passé des centaines d’heures à l’écouter parler de sa vie. Je l’ai interviewé en personne et par Skype. Il n’est pas facile de raconter la vie de quelqu’un d’une manière qui intéresse le lecteur et provoque son empathie. Nous avons dû tenir compte de nos différences culturelles (le Dr A est thaïlandais et moi Canadienne française, travaillant et vivant actuellement aux Etats-Unis). Nous devions aussi reconstituer le décor de l’époque où les évènements s’étaient déroulés. Nous avons convenu que l’exactitude était notre première obligation. Quand c’était nécessaire, nous avons comblé les lacunes avec des dialogues et des descriptions romancés, toujours avec pour objectif de raconter une histoire authentique, captivante et divertissante.

 

En mars 2011, pour m’imprégner des sons, des odeurs et de la personnalité du monde du Dr A, j’ai visité les endroits qui ont joué un rôle important dans son parcours. Les temples étaient soit délabrés, soit avaient été complètement rénovés entre temps. Les villages, même les plus isolés, conservaient l’essence des descriptions du Dr A, mais avaient été touchés par la modernisation. Les gens avaient des portables et des scooters, mais leur façon d’être correspondait à ses descriptions. Il y a malheureusement peu de photos ou de d’enregistrements de cette époque.

Ecrire ce livre a été à la fois une heureuse découverte et un défi. J’ai dû laisser derrière moi mon prisme de femme instruite, élevée dans un Canada moderne avec le français pour langue maternelle. J’ai dû me mettre dans la peau d’un orphelin qui mendiait pour manger, qui avait trop tôt porté et utilisé un fusil, avait prononcé ses vœux de moine, et s’était consacré au travail social. Si les voyages sont un tremplin parfait pour la découverte, écrire la vie d’une autre personne n’est rien moins que l’exploration de ses propres perspectives et points de vue. En racontant cette histoire, j’espère avoir réussi à capturer la vie d’un homme qui a eu le courage de survivre et de s’épanouir envers et contre tout et de trouver sa propre définition du mot appartenance.

Pour plus d’informations sur le Dr Amporn Wathanavongs, veuillez cliquez sur les liens ci-dessous. Vous y trouverez des articles sur lui et son travail.

Fondation pour la Réhabilitation & le Développement des Enfants et de la Famille
De petit voleur à père d’accueil de 50.000 enfants des rues
Un ancien enfant des rues travaille aujourd’hui à sauver d’autres enfants pauvres